Les handicapés

 

 

La diminution des mouvements créée par le handicap entraine une altération des échanges nerveux et nutritionnels au sein des tissus. Le corps, afin d’assurer un fonctionnement correct, met en place des adaptations puis des compensations.

 

Par différentes techniques, l’ostéopathe va remobiliser les zones altérées. En levant ces barrières tissulaires et cicatricielles, l’information retrouve une liberté de circulation. Les tissus, ainsi libérés de leur tension, retrouvent non seulement une nutrition correcte, mais permettent aussi une mobilisation passive des membres plus aisée donc moins pénible pour la personne. Par ces actions, l’information libérée est mieux intégrée par les tissus.

 

L’ostéopathe met en œuvre aussi des techniques cranio-sacrées permettant une action sur la moelle épinière, zone très souvent en cause lors de paralysie des membres. Chaque étage vertébral innerve un ou plusieurs organes viscéraux. Par un travail ciblé, l’ostéopathe stimule ainsi à distance les organes et viscères, réglant des troubles tels que constipation, ballonnements qui sont favorisés par l’absence de mouvement.

 

Le travail ostéopathique permet également un rééquilibrage du corps dans son ensemble, un relâchement musculaire des zones hyperactives. Un retour de la sensibilité peut être perçu au niveau des membres immobiles.